- 9 juillet 2020 -


Accueil > Randonnée et ... De tout un peu ! > Randonnée > Pantalon et veste "coupe-vent hivernal"

Pantalon et veste "coupe-vent hivernal"

Pourquoi

Depuis mes premiers périples (1988) dans le Grand Nord jusqu’à ma dernière virée au Spitzbeg en 2011 , je porte les mêmes protections extérieures : une veste et un pantalon en toile robuste doublée de goretex. Je dois en convenir maintenant, ces vêtements ont fait leur temps. Par ailleurs, de nouveaux matériaux permettent d’avoir des équipements de qualité égale, voire supérieure pour un poids moindre.

Comment

Il y a deux manières pour s’équiper :
Bon, étant un bricoleur né smile , j’opte pour la seconde solution. Je vais me fabriquer une veste et un pantalon dont le but est d’avoir une protection solide tout en étant imperméable et respirant. Ces vêtements sont des coupe-vents sans isolation thermique supplémentaire. Cette dernière étant réalisée par le port de sous-vêtements adéquats.

Les matériaux

Pour le tissu, le choix s’est porté sur une membrane en PTFE laminée 3 couches de 175 g/m² offrant un bonne résistance mécanique, une bonne imperméabilité et une respirabilité élevée. Les différents pièces sont cousues entre elles ; les coutures sont étanchées par une bande thermo-soudable.
Les fermetures Éclair sont de type "étanche". Cela permet de ne pas avoir à poser de de bandes de protection au-dessus des fermetures. Cela facilite grandement la construction.
Pour les guêtres intégrées du pantalon, des élastiques avec des dessins anti-dérapants sont employés.

Les options

La veste

Les manches  : les manches forment un bloc avec le haut du dos et de la poitrine. Cette découpe (que j’ai pompée sur une veste que j’avais) présente plusieurs avantages. Le principal étant que lorsqu’on lève les bras, cela ne lève pas le reste de la veste. Par la suite, je me suis aperçu que d’un point de vue découpe, cela ne faisait pas de perte énorme et enfin au montage, mis à part une forte courbure à gérer pour les dessous de bras, la fermeture des manches ne pose aucun problème de raccord avec l’avant et le dos de la veste.

Le col  : j’ai doublé le haut par une couche de laine polaire car en général, cette partie de la veste vient en contact direct avec la peau du cou et c’est très désagréable quand il fait très froid (on est douillet ou pas ! ).

La capuche  : elle n’est pas le prolongement du col, elle est fixée derrière le col. L’avantage que j’y ai vu en essayant différents types de vestes est que lorsqu’elle fait partie intégrante du col, il fautouvrir le col pour mettre ou enlever la capuche. Ce problème disparaît avec une capuche rapportée. L’autre avantage est qu’il n’y a pas a ranger la capuche lorsqu’on ne s’en sert pas, elle ne gêne pas. La capuche dispose de cordon élastique de réglagede la profondeur et de la fermeture faciale. Un morceau de feuille de plastique souple est intégré à la visière pour la rigidifier.

Les poches  : ça, ça m’a turlupiné un moment  roll . Au départ je voulais faire deux poches symétriques en V, la pointe basse étant au milieu. Pourquoi ? Parce qu’il est très facile de regarder dedans et l’accès en est aussi facile, mais avec la main droite pour la poche gauche et ... . Si elles avaient été en V inversé (pointe en haut), l’accès y aurait été aussi facile, classique, main droite dans poche droite, mais pour voir ce qu’il y a dedans, il faut pencher la tête sur le côté.

De plus, la hauteur des poches devait être telle que leurs contenus soient en-dessous des côtes car j’ai un très mauvais souvenir d’une poche plus haute qui contenait je ne sais plus quoi de dur et quand je suis tombé à plat ventre, j’ai failli me briser le sternum.

Bien, mais du coup, l’esthétique ne me convenait plus (chiant le mec tongue ).

En désespoir de cause, j’ai opté pour deux poches dissymétriques. L’une, haute et profonde faite pour y mettre une carte, L’autre plus basse (sous les côtes) et moins profonde pour y mettre boussole, GPS ou tout autre bidule ...)

Cette esthétique m’a plu et de toute façon, je me suis toujours plus ou moins accommodé des poches que j’avais.

Voilà le raisonnement qui m’a bloqué pendant deux jours parce qu’une fois que tu as taillé ta veste, t’as intérêt à ce que ça te plaise  lol.

Le serrage du bas  : un élastique réglable en tension de chaque côté de la veste permet de refermée celle-ci sur la pantalon pour éviter les remontées d’air froid et/ou de neige à l’intérieur.

Le pantalon

L’entre-jambe  : en suivant les plans, la découpe peut être classique : des pointes. Il est en général difficile de placer cela sur une pièce de tissu sans avoir pas mal de pertes. Une autre solution, que j’ai choisie (suivre la découpe en pointillé et fabriquer un losange) permet un meilleur arrangement au niveau de la découpe. Un autre avantage : le gros noeud de couture qui se situe au niveau du périnée dans la découpe classique se trouve rejeté en deux endroits de moindre frottement, l’un à l’avant et l’autre à l’arrière.

Ouvertures latérales  : le haut de ces ouvertures est décalé vers l’arrière du pantalon ce qui permet de fixer l’arrière des bretelles à l’avant de ces ouvertures. On peut ainsi ouvrir la partie arrière du pantalon, pour faire ses besoins, sans avoir à défaire les bretelles. Ces ouvertures, qui descendent pratiquement jusqu’aux genoux, servent par ailleurs à l’aération des jambes au cas où il ferait trop chaud.

Ce choix est tel qu’on ne peut pas mettre son pantalon après avoir mis les chaussures. Je crois qu’il ne m’est jamais arrivé d’avoir à mettre/remettre mon pantalon après les chaussures.

Ceinture élastique  : un élastique est inséré dans la ceinture sur tout son pourtour afin d’avoir un maintien minimal sans ceinture ni bretelles.

Guêtres intégrées  : ces guêtres, très légères vont se serrer par l’élastique anti-dérapant sur le montant des chaussures évitant ainsi les remontées d’eau ou de neige dans le pantalon.

Les dimensions

Les dimensions données dans les plans sont en correspondance avec les mensurations suivantes :

Elles tiennent compte du port d’un collant épais et d’une veste polaire épaisse. Dans ces conditions, :
Selon vos mensurations, il est alors facile de modifier les plans.

Les plans

Les parties intérieures colorées correspondants aux dimensions après montage. Les lignes extérieures (en bleu) correspondent aux cotes de découpe en ajoutant une marge de 7 mm. Si la marge est différente, elle est notée.


La veste
Veste


Le pantalon
Pantalon


Voici un exemple de plan de découpe dans un lé de tissu de largeur utile de 147 cm. Il faut 3m linéaire de tissu.

Plan de découpe
Découpe


La réalisation


Avant de voir la réalisation proprement dite, nous allons voir les différentes techniques utilisées d’une manière générale.

Couture de deux pièces de tissu

On présente les deux pièces faces extérieures l’une contre l’autre, puis on fait une couture c1 à 7 mm du bord. On ouvre les deux pièces autour de la couture et on en rabat une sur la couture. On fait alors une couture c2 traversant l’ensemble. On fixe alors une bande thermo-soudable à cheval sur ces deux coutures et débordant sur la pièce repliée.

NOTA 1  : Ce type de couture, bien que moins résistant que celle-ci : Cout_D_R, soutient bien l’effort de traction, ne créé que peu de sur-épaisseur et permet de gérer les courbes aisément.

NOTA 2  : Je disposais d’une bande de 22 mm de large que j’ai coupée en deux dans le sens de la largeur me donnant ainsi des bandes de 11 mm ce qui est largement suffisant.


Les coutures
Coutures


Ourlets

L’ourlet rabattu est préférable si on a un tissu qui a tendance à s’effilocher ou si on a un élastique à faire passer à l’intérieur.

Les ourlets
Ourlets


La fixation de fermeture Éclair

Le mode de fixation présenté permet de poser une fermeture Éclair sans qu’il y ait besoin de prévoir un excédent de tissu de bordure. C’est notamment utile lorsqu’on fait une poche au milieu d’une pièce de tissu.

Si L est la largeur de la fermeture Éclair, Toutes les découpes et les marges de couture vont être en L/4 .

  1. Faire une couture à L/4 du bord,
  2. Ouvrir le tissu,
  3. Faire la même chose qu’en 1 avec la deuxième pièce de tissu (ou l’autre bord dans le cas d’une poche),
  4. Ouvrir cette pièce,
  5. faire une deuxième couture traversant l’ensemble de chaque côté de la fermeture à environ 2 mm du bord,
  6. Placer les bandes thermo-soudables en recouvrement des coutures et débordant sur les pièces de tissu.
Les fermetures Éclair 1
FE_01


Cas d’une poche

Faire une découpe en Y à une extrémité et replier le petit triangle T à l’intérieur. A l’autre extrémité (la partie haute), faire une ouverture en porte romane. qui accueillera un garage pour le curseur de la fermeture.

Pour réaliser le garage, prendre un morceau de tissu de la largeur de la fermeture Éclair et le replier en trois, Rapprocher , du côté A, la partie supérieure de 2 mm vers le centre, faire une couture pour fixer cela. Faire la même chose sur l’autre bord. On créé ainsi une cavité dans laquelle viendra se glisser le curseur. Cette petite pièce viendra se fixer en même temps que les coutures traversantes de la fermeture Éclair.

Les fermetures Éclair - suite
FE_02


La capuche


La veste

Le pantalon

Retour

Tontodailleurs