- 11 août 2020 -


Accueil > Randonnée et ... De tout un peu ! > Randonnée > Aménagement d’une pulka Snowsled

Aménagement d’une pulka Snowsled

Aménagement d’une pulka Snowsled


  1. La construction
  2. Le vécu


La construction

La pulka Snowsled Ice Blueest composée à la base d’un bac en PEHD qui peut être vendu seul avec un jeu de quatre sangles. C’est à partir de ce bac que j’ai réalisé l’aménagement suivant, vue d’ensemble :

Pulka aménagée
Une jupe faisant tout le tour de la pulka a été posée. Elle est fixée par rivetage entre le bord interne de la pulka et une bande de PEHD(même matériau que la pulka). La jupe fait 70 cm de haut.
Des traits sont attachés par des anneaux au droits des fixations des brancards.
Une corde (blanche) en travers de la pukla sert de frein lorsqu’on n’exerce plus de traction sur les traits. Elle est relevée lorsqu’il y a traction.
Chacun des traits est doublé par un élastique fort servant d’amortisseur.
L’ensemble pulka + jupe + traits pèse 3400 g.
Cliquer sur l’image pour l’agrandir et voir les détails.


Des détails :

Fixation jupe avant Fixation jupe latérale Fixation sangle Fixation jupe arrière
Rivetage à l’avant. On voit aussi les vis de fixation des anneaux des traits. On voit les fixations des sangles fournies avec le bac. Détails de la fixation d’une sangle. Des trous sont préaménagés dans le bac. Vue du rivetage à l’arrière. On voit un raccord de bande de PEHD.
Les bandes servant à plaquer la jupe contre la paroi de la pulka sont taillées dans une plaque de PEHD de 2 mm d’épaisseur et de 1 m de longueur. Les bandes font 15 mm de large.
La jupe est faite d’une toile en polyamide enduite de polyuréthane de 225 g/m². Cette toile est imperméable et très résistante.
Des rivets creux en laiton de diamètre 4 mm et de longueur 8 mm sont placés tous les 5 cm. Pour assurer l’étanchéité, chaque rivet est rempli de gel silicone. J’aurais pu utiliser des rivets pleins, c’est plus facile à poser, mais la queue déborde plus (environ 4 mm) ce qui n’est pas grave en soit si ces queues de rivets sont placées sous le plat-bord de la pulka

Cliquer sur l’image pour l’agrandir et voir les détails.


Attelage
Sur cette image (vue de dessous, l’avant est à gauche), on voit la fixation des traits et de la corde de freinage.
Pour les anneaux des traits, j’ai utilisé un des trous normalement destinés à la fixation des brancards. J’en ai fait un autre car mes anneaux n’ont pas le même empattement que les fixations du brancard et j’ai rebouché le trou non utilisé.
La fixation de la corde de freinage utilise un trou (dont j’ignore l’utilité !) de 10 mm prépositionné sur le plat-bord.
Toutes les cordes et élastiques sont arrêtés par des frettes (nœuds d’hameçon) de 3 mm.

J’ai remplacé toutes les vis fournies par des vis à tête poëlier car elles sont beaucoup moins proéminentes.


Le vécu

J’ai tiré cette pulka pendant 3 semaines au Spitzberg en Avril 2011 pour faire un aller-retour au Newtotoppen.

Au départ, elle était chargée à une petite cinquantaine de kilo dont 20 de nourriture et 4 d’essence (pas pour le moteur ! mais pour le réchaud   ).

La toile et les dimensions de la jupe n’ont pas posé de problème. Par contre, pour des raisons de facilité de pose, la jupe n’était pas fermée à l’arrière. Cela s’est avéré pratique pour le déchargement, mais moins pour le chargement car les affaires mises les unes sur les autres avaient tendance à couler vers l’arrière (non fermé) avant que l’on fixe les sangles. Par ailleurs, cette ouverture arrière ne se fermait jamais bien et la neige rentrait dans la pulka. Il serait intéressant de pouvoir fermer la jupe par une fermeture éclair par exemple.

Sur les neiges rencontrées, très rarement verglacées ou soupe, les freins ont été efficaces dans les pentes.

Les 4 sangles ont été fixées comme prévu par le constructeur. Leur répartition est convenable, mais leur bouclage n’est très aisé car il faut au préalable ajuster la position de la boucle de la sangle de telle manière que la longueur de la sangle soit plus grande que le périmètre à boucler sinon on arrive pas à joindre les deux parties de la boucle. Cela prend de l’importance lorsqu’à plusieurs reprises il faut ouvrir et refermer les sangles pour différents motifs : prendre quelque chose dans la pulka, rajouter quelque chose ... Pour pallier cet inconvénient, à la base du grand côté de la sangle, je vais la doubler par un élastique fort qui permettra une élongation d’un dizaine de centimètres.

Les deux élastiques que j’ai placé sur les traits se sont avérés efficaces pour limiter les chocs de traction. Je pense toutefois qu’il faut à la fois les renforcer et leur donner une possibilité d’élongation plus grande.


Retour

Tontodailleurs